S'identifier


Mot de pase oublié ?
s'abonner
Professionnels, structures, particuliers
Abonnez-vous!
Attention : fragile
Publié le 30/08/2010
partage

tags
édito
Trois articles et un édito sur les Roms dans le même numéro du Canard Social, ça fait beaucoup ?

Malgré les discours et les procédures contre les Roms, l'espoir encore et toujours d'un avenir meilleur. (photo : F. Lossent)

Le sujet est très médiatique depuis plusieurs semaines, c’est vrai.
Les amalgames, les récupérations et les silences politiques, les réactions de l’Eglise, les mises au point de l’Europe et de l’ONU… Tout cela occupe déjà bien le terrain, c’est vrai. Et puis il ne faudrait pas que la question des Roms n’occulte les autres enjeux de la rentrée, c’est vrai aussi.

En revanche, rien n’est réglé à propos des Roms. Tout n’a pas été évoqué, loin sans faut puisque tout ou presque reste à faire. En particulier la question de la scolarisation et celle du travail. Quand l’accès à l’emploi est compliqué pour ne pas dire impossible, difficile de gagner sa vie, difficile de s’intégrer, difficile de ne pas squatter. Certains en appellent à un assouplissement des restrictions d’emploi qui s’appliquent aux Roms. Mais alors pourquoi ce discours n’est-il pas porté aux plus hautes instances nationales et européennes ? Pas porteur, embarrassant, trop risqué ?

Evidemment, la réponse est à chercher dans la sphère politique. Par contre, c’est bien la vocation du Canard Social de s’intéresser dans la continuité et dans le temps à l’un des publics les plus fragiles qu’il soit. Logement, éducation, santé, accès au droit, travail, insertion : autant d’éléments fondamentaux moteurs de l’action sociale en générale, et dont les Roms sont exclus en particulier.

Voilà pourquoi nous avons choisi cette semaine de vous proposer trois articles sur les Roms avec le jugement inhabituel d’un magistrat nantais, le projet d’intégration d’une équipe municipale qui a décidé d’enrayer la logique d’expulsion et enfin la parole et le ressenti de familles Roms de Roumanie qui gardent l’espoir d’un avenir meilleur.

Frédéric Lossent

newsletter
facebook