S'identifier


Mot de pase oublié ?
s'abonner
Professionnels, structures, particuliers
Abonnez-vous!
Les côtés obscurs et lumineux de la force de l’âge
Publié le 13/12/2010
partage

tags
édito

Est-on condamné à avoir peur des « vieux » ? Ou y a t’il de quoi miser sur eux ?



Les derniers chiffres de l’INSEE viennent de le confirmer : la région va prendre un coup de vieux, et tout le pays avec. Pensez donc, en 2030 un habitant sur trois aura plus de 60 ans en Pays de la Loire. D’ores et déjà, les « vieux » de plus en plus nombreux s’invitent dans toutes les conversations. La preuve cette semaine dans le Canard Social où le vieillissement de la population est en toile de fond de plusieurs actualités.

Dans le « côté obscur » de la force de l’âge, les « vieux » font peur quand on se penche sur le financement de la dépendance. Entre les nécessités budgétaires d’y voir plus clair et les grandes questions de principe, les attentes sont fortes dans les conseils généraux.

Mais il y a une autre manière de voir les choses avec le « côté lumineux » de la force de l’âge. Les artisans du futur Gérontopôle régional veulent faire la démonstration que les « vieux » ont de la valeur, dans tous les sens du terme. Quant aux professionnels de la santé et du social, ils innovent face aux difficultés de la prise en charge de la maladie d’Alzheimer en créant un nouveau métier, assistant de soins en gérontologie. Et puis, dans une moindre mesure mais l’enjeu est humainement important, d’autres acteurs de terrain vantent les mérites des maisons relais pour permettre à des sans abri vieillissants de finalement trouver leur place dans la société.

Alors forcément, pour que le « côté lumineux » de la force l’emporte sur le « côté obscur », il va falloir renverser la vapeur. Et comme le pense le professeur Gilles Berrut, expert en gériatrie, il va falloir mobiliser tout le monde : « la longévité ce n’est pas une niche, mais c’est un phénomène sociétal, c’est chacun de nous ».

Frédéric Lossent
newsletter
facebook