S'identifier


Mot de pase oublié ?
s'abonner
Professionnels, structures, particuliers
Abonnez-vous!
Le bons sens des « pas d’sous » !
Publié le 24/01/2011
partage

tags
édito

Dans une interview publiée cette semaine dans Télérama, l’humoriste Jamel Debbouze a cette déclaration : « C’est ma mère qui a inventé l’écologie : un bain pour neuf. Le covoiturage : à douze dans une Renault 12. Le recyclage : un cartable pour tous. » Au-delà de l’humour, y’a du vrai là dessous !



Et si le bon sens de ceux qui ont moins que les autres avait une réelle dimension politique ?

Prenez la rue, ou plutôt ceux et celles qui y vivent : quel sens du territoire ! Car incontestablement, ils ont une connaissance de nos villes loin des sentiers battus ! Coins, recoins, ponts habitables, ruelles fréquentables, parvis squatables, berges se dérobant à la vue de tous, leur cartographie de la ville est inventive, underground !

Trêve de cynisme, le monde de l’exclusion et de la précarité a depuis longtemps fait preuve de sa  grande ingéniosité ! Comme le sous-entend Jamel Debbouze avec humour, le pragmatisme économique rythmant le quotidien des « en dessous du seuil de pauvreté », développe l’inventivité : faire plus avec moins, démultiplier, gérer la privation et oser !

Le recyclage,  Il est effectivement naturel pour de nombreuses familles, et à plus grande échelle pour les associations caritatives, Restos du cœur et consorts : récupération de meubles ou de vêtements certes ayant vécu, mais capables de rendre encore tout un tas de service. Pour les mêmes le principe de solidarité nationale est érigé en fondement , Jamais ébranlé, jamais remis en cause : appels aux dons, aux denrées alimentaires, récupération de surplus, anti gaspi…ça marche !

Au fond, ce que nous dit Jamel Debbouze, c’est que les discours politiques, bien souvent, trouvent leur limite au contact de la vraie vie des vrais gens. Et qu’ils gagneraient à s’inspirer de ce quotidien là !

Cécile Petident

newsletter
facebook