S'identifier


Mot de pase oublié ?
s'abonner
Professionnels, structures, particuliers
Abonnez-vous!
Des géants inspirés et dignes
Publié le 30/05/2011
partage

tags
édito

Une marée humaine a envahi Nantes ce Week-end à l’occasion du nouveau spectacle de Royal de Luxe. Jamais aucune cause n’aura mobilisé autant dans la région. 600 000 personnes en 3 jours, du jamais vu. 600 000 personnes pour accueillir un paysan mexicain, sa nièce et son chien ! De quoi inspirer les militants pour le droit d’asile, mais pas qu’eux.



Royal de Luxe inspire car Royal de Luxe est inspiré (photo : C. Petident)

Ils ne se sont pas privés, inventifs et avec le sens de la répartie, les militants d’Alternatifs44 ont saisie l’occasion de ce nouveau spectacle pour rappeler la complexité du droit au séjour. Prenant le géant El Campesino en exemple, ils reviennent, dans un texte diffusé à la veille du week end, sur les différentes procédures obligatoires pour séjourner librement à Nantes, en France.  Une manière subtile de rappeler leur cause à chacun.

D’autres, avec des vues plus commerciales, ont aussi saisi l’occasion pour se montrer. Samedi dans la foule dense, des tracts étaient distribués par Arbalange, SCOP spécialisée dans la couche lavable !! À peine culottés, les responsables de cette entreprise nantaise (également investie dans le monde de l’insertion), ont pris la petite géante comme cliente star pour vanter leur nouveau produit !!!

Royal de luxe inspire car Royal de Luxe est inspiré.

Ce nouveau spectacle, créé pour célébrer le bicentenaire de l’indépendance mexicaine et le centenaire de la révolution mexicaine, débarque en Europe au moment où ici et là, certains se massent, se regroupent, campent et décampent, s’indignent ! D’une société qui les délaisse, d’un monde qui leur déplait, d’un avenir trop bouché,… peut-être d’un manque de rêves réalisables, d’un manque de douceur et de poésie, allez savoir, tout ça à la fois sans doute. Et voilà que les nantais et leurs voisins, ont pu, au même moment et le temps d’un week end, s’évader, se laisser emporter par des personnages qui ne demandent rien, ne commettent pas d’impair, ne font pas d’autres promesses que d’être là, mais qui, à chacune de leur visite, donnent bien plus qu’on ne leur avait demandé.

Le top, pas de mensonge sur la marchandise, pas de déception à craindre à part celle de ne pas être aux premières loges. La petite géante pose ses grands yeux émerveillés sur chaque coin de la ville, comme si elle découvrait le monde pour la première fois  et semble en être heureuse. El Campesino, un poil bourru, la moustache au vent, marche, droit comme un « I », digne. El Xolo, le chien, s’amuse et gambade, léchouille le public, fait pipi sur la route, jouit de l’espace qui lui est offert, une ville entière, de quoi ne pas s’ennuyer. Bref, en ces temps pour le moins moroses, dans cette période où le monde a tendance à révéler sa face la moins plaisante, alors que les uns et les autres ne comptent plus les raisons qu’ils ont d’être inquiets et de revendiquer, la parenthèse enchantée offerte par la royale troupe de théâtre tombait à pic !

Cécile Petident

newsletter
facebook