S'identifier


Mot de pase oublié ?
s'abonner
Professionnels, structures, particuliers
Abonnez-vous!
APAJH: « On surveillera de près les engagements de Hollande »
Publié le 06/05/2012
partage

tags
entretien
handicap
accessibilité
Apajh
Jean-Louis Garcia

François Hollande avait signé le Pacte 2012 que l'Apajh, l'association pour adultes et jeunes handicapés, avait adressé aux candidats. Jean-Louis Garcia, président de la fédération des Apajh, s'en réjouit. Ce document lui permettra de dialoguer avec le président Hollande élu ce dimanche 6 mai. Jean-Louis Garcia évoque ici les premières mesures phares qu'il espère voir mise en oeuvre.



Jean-Louis Garcia, président de la fédération des Apajh, veut un geste fort en matière d'éducation nationale, dès la rentrée 2012.

Le Canard Social: L'élection de François Hollande constitue-t-elle un espoir pour le handicap?

Jean-Louis Garcia: On a envoyé un Pacte aux différents candidats: on a eu trois réponses, celles de François Bayrou, d'Eva Joly et de François Hollande. Nicolas Sarkozy, je le regrette, ne nous a pas répondu. Dans sa réponse, François Hollande se retrouvait sur neuf des dix propositions d'engagements. En revanche, sur le revenu universel d'existence, il écrivait: « À court terme, dans la situation des finances publiques, ce projet ne peut être réalisé. » Je l'entends très bien et ce n'est pas ce que nous demandions: il faut d'abord réussir le redressement de notre pays, qui garantira la soutenabilité de nos politiques sociales avant d'envisager de nouveaux développements de la redistribution. Notre proposition d'engagement, c'était d'ouvrir le dossier. Le sujet -mettre à plat tous les minima sociaux- est compliqué. On reviendra à la charge durant le quinquennat. Et surveillera de près les autres engagements de François Hollande. Avec sa lettre, on a un document pour dialoguer avec le président. L'Apajh est un mouvement indépendant: on va bien vérifier que la lettre de François Hollande est bien mise en oeuvre dans les mois et années qui viennent.

LCS: 2015, année de l'accessibilité, vous y croyez?

Jean-Louis Garcia: Il vaut mieux travailler avec un président de la république qui annonce qu'il faut appliquer la loi de 2005 dans tous ses potentiels qu'avec un gouvernement et un président qui la détricotait et qui à travers des amendements, mettaient en l'air l'accessibilité du bâti neuf. On sait que rien n'est magique et se règle en un instant, il va donc falloir donner le temps. À certains moments, il faudra parler très fort pour rappeler les engagements mais ce sont des choses que nous savons faire.

LCS:
Quelle mesure phare attendez-vous en priorité?

Jean-Louis Garcia: On a dans les tuyaux de l'Assemblée nationale, des choses positives sur l'accessibilité aux soins, il faut que ça avance dans la première année de la législature. Il faut également qu'un geste fort soit donné pour la rentrée 2012 en matière de scolarité. J'ai entendu que 1000 postes pourraient être ouverts dans les semaines qui viennent, il faut qu'une partie puisse faciliter l'accompagnement et l'accueil des enfants en situation de handicap. Cela veut dire réinstaller des Rased (Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) et des postes d'enseignants qui sont actuellement supprimés dans les CMPP (Centres médico-psycho-pédagogiques), dans les Sessad (Service d'éducation spéciale et de soins à domicile). On était dans une telle logique de casse de l'Education nationale, que ça ne va pas se faire en quelques semaines.

Nous avons fait avec le député UMP Chossy, trois propositions de lois. La première sur la formation des professionnels, médicaux et para-médicaux: il faut mettre dans les formations pour l'année prochaine des aides pour que ces personnes soient formées au handicap. La deuxième proposition de loi vise à organiser dans le dispositif d'hospitalisation des cellules d'accueil des personnes en situation de handicap: il faut démarrer ce dispositif pour que les choses prennent forme à la fin du mandat. Dernière proposition, c'est la CMU-C, la complémentaire universelle. On avait trouvé la niche fiscale pour la financer. Il faudrait qu'elle soit mise en oeuvre dès le 1er janvier 2013. Les textes sont prêts, ils ont été soutenus par l'UMP et par la minorité de l'époque, il suffit de les reprendre.


Propos recueillis par David Prochasson

Présidentielle : lisez aussi les réactions de : La Fondation Abbé Pierre, la FNADEPA et de la CIMADE


newsletter
facebook